le roman

couverture_alaskaAlaska est un premier roman qui déconstruit la réalité pour ouvrir à tous les possibles. Le lecteur expérimente un savoir ancien, une connaissance qui se perd : « deviens ce que tu es ».
C’est un voyage à la rencontre d’hommes improbables : un Inuit philosophe, un Indien légendaire, un pirate d’aujourd’hui et un homme qui ne se soucie que du temps qu’il fait. Une femme, Léa, résiste. Un homme, Nata, oublie puis se souvient. Il y a une ardoise quelque part et un nom y est inscrit, il y a un magnétophone dans le tiroir de la vieille commode, celle en noyer dans la chambre du fond, à l’intérieur une cassette raconte une histoire de la guerre, à la Libération.
Les temps passés résonnent au quotidien et les choses de la vie s’agencent différemment, toujours avec perfection.

 

Alaska sur le site des Editions La Völva

Alaska sur Facebook

« Je voulais de la passion. Je voulais du grand, de la démesure et de l’impalpable, du vent et des tornades.  J’ai alors laissé les choses se faire en prenant ce qui se présentait, je suis allé dans ma voie à mon rythme, en gardant à l’esprit que l’action est première, à jamais et depuis toujours.J’étais libre, je pouvais m’isoler des contingences de la civilisation et je savais qu’il y avait encore quelques morceaux de cadavres cachés dans de vieilles commodes.  Je suis allé à la gare, et j’ai pris le train du premier quai. Il partait vers le Nord.
Je me suis arrêté en Alaska et j’ai construit un igloo. J’ai empilé des blocs très larges et très solides, en m’appliquant à ce qu’aucun jour ne passe. L’igloo était beau, lisse et bien bombé. J’y ai vu les réminiscences des œuvres anciennes, c’était le dôme de Florence. Quand une chose s’arrête, elle poursuit sa route sous une autre forme. Je me suis pris pour Léonard et je suis allé à la recherche d’une sphère en bronze doré. Je n’en ai pas trouvé et j’ai rebroussé chemin quand j’ai vu un ours polaire au loin. »

 

Préface de Laurent Derobert, artiste et mathématicien
preface

 

 

L'auteur

Frédéric Ghiglione est né en 1973 à Cannes. Ingénieur puis diplômé d’un master en art, il est aujourd’hui instituteur en histoire de l’art à l’école Galilée et acteur du monde associatif. Il fait notamment partie de l’association Cultures du cœur aux Grands Voisins, qui favorise l’insertion des plus démunis par l’accès à la culture et reste un ingénieur Altran. Il se passionne pour Spinoza, pour Nietzsche et pour la vie sous toutes ses formes.

Questionnaire de Proust

Ma vertu préférée. La cohérence intellectuelle
La qualité que je préfère chez un homme. Le doute
La qualité que je préfère chez une femme. L’intelligence
Ce que j’apprécie le plus chez mes amis. De l’être
Mon principal défaut. Impatient
Mon occupation préférée. Créer
Mon rêve de bonheur. Mes deux enfants, César et Hector
Quel serait mon plus grand malheur  ? C’est du passé
Ce que je voudrais être. Moi, désormais.
Le pays où je désirerais vivre. Ici et maintenant.
La couleur que je préfère. Daltonien.
La fleur que j’aime. Une éclose
L’oiseau que je préfère. Le macareux moine
Mes auteurs favoris en prose. Nietzsche et Spinoza
Mes poètes préférés. Ceux qui s’ignorent
Mes héros dans la fiction. Rocky Balboa et Jean-Luc Godard
Mes héroïnes favorites dans la fiction. Lady Stardust et Trinity
Mes compositeurs préférés. Brian Eno et Saez
Mes peintres favoris. Burne-Jones, Rossetti, Botticelli et Caravage
Mes héros dans la vie réelle. Jean Moulin et Alexandre Grothendieck
Mes héroïnes dans l’histoire. Marie Curie et Yoko Ono
Ce que je déteste par-dessus tout. La compromission
Personnages historiques que je méprise le plus. Adolf Eichmann
Le fait militaire que j’admire le plus. Le repli
La réforme que j’estime le plus. Celle qui ne sera pas économique
Le don de la nature que je voudrais avoir. Ubiquité
Comment j’aimerais mourir. Avec panache
État d’esprit actuel. Serein et confiant
Fautes qui m’inspirent le plus d’indulgence. Celles des autres
Ma devise. Deviens ce que tu es

 

_commesi

 

Powered by Khore by Showthemes